jeudi 6 mai 2010

alli®… un an après : Un acteur légitime dans la prise en charge du surpoids

Lancé le 6 mai 2009 en France, alli® est le 1er médicament pour la perte de poids disponible sans
ordonnance en pharmacie, autorisé par la Commission Européenne.
Un an après son lancement, alli® a trouvé sa place :
- en officine avec 543 000(1) boites vendues en France en 2009, alli® correspond à une réelle
demande des personnes en surpoids, et soucieuses de leur santé,
- auprès des patients, dans le cadre d'un programme pédagogique pour la prise en charge du
surpoids : 73,5%(2) des utilisateurs alli® ont un IMC supérieur ou égal à 28kg/m2, 60% ont réduit
la quantité de graisses dans leur alimentation et 57% souhaitent perdre du poids pour des raisons de santé (2).

Les résultats d'une étude alli® /IFOP réalisée en avril 2010 pour GlaxoSmithKline Santé Grand Public
(3)confirment la bonne compréhension du « phénomène » alli® : ce n'est pas une « pilule miracle » mais un médicament réservé aux personnes en fort surpoids pour 80% des personnes interrogées, et 87% sont conscientes qu'alli® ne fonctionne pas tout seul et doit être utilisé avec une alimentation adaptée, en association avec une activité physique.

alli® : une indication globalement bien comprise et respectée
Vendu sans ordonnance en officine sous le contrôle et le conseil du pharmacien, alli® est indiqué aux adultes en surpoids de plus de 18 ans
ayant un Indice de Masse Corporelle (IMC) supérieur ou égal à 28 kg/m2, en association avec un régime réduit en calories et pauvre en graisses.
Utilisateurs et pharmaciens ont globalement respecté cette indication.
En effet, 73,5% des patients qui utilisent alli® ont un IMC supérieur ou égal à 28 kg/m2 (2), mais 85% sont en surpoids (IMC supérieur ou égal à 25 kg/m2).

« alli® constitue une nouvelle démarche de prise en charge du surpoids : avec une part de marché en
2009 de 15%, alli® est un nouveau segment à part entière sur le marché de la perte de poids en
pharmacie. Son lancement n'a pas pour autant affecté les ventes des autres produits tels que les compléments alimentaires, ce qui montre qu'alli® correspond à une population d'utilisateurs bien précise, motivée pour prendre en charge son surpoids avec le soutien de son pharmacien » indique Vincent Cotard, président de GlaxoSmithKline Santé Grand Public.

D'autre part l'étude alli®/IFOP montre que 95% des personnes interrogées ont déjà entendu parler de l'indice de masse corporelle, et plus d'une sur deux (51%) se dit capable de le calculer (3).
« Le lancement d'alli® a permis de faire de la pédagogie auprès des patients en pharmacie, mais
également de façon générale auprès du grand public. La connaissance et la bonne compréhension de ce qu'est l'IMC a probablement contribué au respect de l'indication d'alli®. Cela a limité les demandes en pharmacie des personnes qui n'avaient que quelques kilos à perdre et pour qui alli® n'était pas adapté » indique Olivier Denonain, pharmacien à Paris.

alli® : vers une prise de conscience des conséquences du surpoids sur la santé
50% des utilisateurs d'alli® n'étaient pas auparavant acheteurs de produits pour perdre du poids en pharmacie(2). alli® a permis de resituer la perte de poids dans une démarche de santé, associant des modifications des habitudes alimentaires et de l'hygiène de vie.

L'étude alli®/IFOP montre que la perte de poids est bien perçue comme un facteur intervenant
sur les risques potentiels pour la santé. La grande majorité des personnes interrogées ont
conscience que la perte de poids permet de diminuer le risque des maladies cardio-vasculaires (89%), mais aussi d'hypertension (76%), de diabète (70%) ou encore de problèmes articulaires (68%). Plus d'une personne sur deux (53%) considère également que la perte de poids peut réduire le risque des troubles psychologiques (dépression, estime de soi…) et 28% seulement le risque de survenue de
certains cancers.

« Une perte de poids de 5% de la masse corporelle, est bénéfique pour la santé : cela a
prioritairement un effet sur le diabète, puis sur les maladies cardio-vasculaires » indique le Pr Bernard Guy-Grand, professeur honoraire de nutrition, ancien chef de service à l'Hôtel Dieu à Paris.

En plus de respecter l'indication, les utilisateurs ont bien compris qu'alli® n'était pas une pilule miracle et qu'il était nécessaire de modifier ses habitudes, notamment alimentaires. Ainsi 60% des patients ont réduit la
quantité de graisses dans leur alimentation depuis qu'ils utilisent alli®, 37% consomment plus de légumes et 37% ne grignotent plus entre les repas(2).

« Les dérives de comportement que certains professionnels de santé et les autorités ont pu craindre lors du lancement d'alli® ont finalement été limitées.
Si les motivations des personnes en surpoids sont souvent esthétiques ou pratiques, les patients veulent aussi préserver leur santé » indique le Dr
Arnaud Cocaul, médecin nutritionniste à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris.

GlaxoSmithKline Santé Grand Public, acteur engagé en santé publique auprès des patients…
Les résultats de l'étude alli®/IFOP montrent que 87% des français interrogés et connaissant alli® ont entendu parler du fait que le médicament ne fonctionnait pas tout seul et 49% savent que alli propose un programme de soutien en plus
des gélules (site internet, documents disponibles en pharmacie).

« Les consommateurs ont compris qu'alli® n'était pas seulement un médicament mais tout un programme, avec un régime adapté, de l'exercice
physique, des conseils… Le lancement du site www.alliprogramme.fr a été un succès avec environ 40 000 visiteurs uniques par mois. C'est l'une des
facettes du succès d'alli® pour GlaxoSmithKline Santé Grand Public. Nous allons donc continuer sur cette voie en 2010 et nous impliquer encore plus dans la lutte contre le surpoids » indique Martine Frey, directrice marketingmédical
GlaxoSmithKline Santé Grand Public.

Le site www.alliprogramme.fr devrait proposer ainsi en 2010 un module d'exercices physiques
composé d'une quarantaine de vidéos, afin d'accompagner encore mieux les personnes dans
leur démarche globale de perte de poids, leur apporter des conseils et un soutien
motivationnel. Il viendra s'ajouter à la centaine de recettes et aux conseils déjà mis en ligne.

GlaxoSmithKline Santé Grand Public confirme également son engagement en participant activement
aux côtés du CNAO (Collectif National des Associations d'Obèses), à la 1ère Journée Européenne du Surpoids et de l'Obésité qui a lieu le 22 mai 2010.

« En participant à cette première journée, GlaxoSmithKline Santé Grand Public affiche clairement son engagement en tant qu'acteur de santé publique. Il fait partie des pionniers quant à la prise de conscience active et sérieuse de la lutte contre le surpoids et l'obésité, qui n'en est qu'à ses débuts » indique Anne-Sophie Joly, présidente du CNAO.

… engagé aussi auprès des pharmaciens
A travers la mise à disposition sans ordonnance en pharmacie de l'orlistat à un dosage de 60 mg,
l'arrivée d'alli® a permis au pharmacien de s'impliquer en tant qu'acteur de santé dans la prise en charge du surpoids.

Les résultats de l'étude alli®/IFOP confirment l'importance du rôle du pharmacien : près de trois
français sur quatre (74%) font confiance à leur pharmacien pour délivrer un médicament pour la perte de poids sans ordonnance. Pour 32% d'entre eux cette confiance tient au fait que c'est un
professionnel de santé. La proximité et les habitudes de consommation en matière de santé
constituent la deuxième raison, 23% déclarant faire confiance à leur pharmacien simplement parce
qu'ils le connaissent.

Afin de permettre aux pharmaciens de continuer à jouer leur rôle pleinement auprès des patients dans la dispensation d'alli®, GSK Santé Grand Public prévoit un nouveau module de formation en 2010 auprès de 4 000 pharmaciens, et la poursuite de la diffusion d'informations auprès des 22 500
officines françaises.

Pour accompagner les pharmaciens dans le conseil et le suivi des patients en surpoids au comptoir, GlaxoSmithKline Santé Grand Public s'est également associé au CVAO, Comité de Valorisation de l'Acte Officinal,pour mettre en place en 2010 un observatoire. Il permettra de suivre le
comportement des utilisateurs d'alli® et d'aider les pharmaciens à formaliser l'accompagnement des patients au comptoir.

alli, en quelques chiffres
- Lancement en 2009 dans les 27 pays de l'Union européenne, en France le 6 mai 2009
- alli® est devenu le n°6 des médicaments d'automédication en France(4), n°6 en Europe et dans le top 20 aux USA(5).
- 543 000 boites vendues en France de mai à décembre 2009(1), 3 millions en Europe(5), soient des ventes valeurs en France de 27,2 millions d'euros.
- alli® est devenu la 1ère marque pour la perte de poids en pharmacie(1), tous segments confondus.
- 6 500 pharmaciens formés en France, plus de 200 000 dans toute l'Europe
- 357 000 visiteurs uniques sur le site www.alliprogramme.fr depuis son ouverture.

1 Nielsen – ventes valeur – période du 27/04/2009 au 03/01/2010.
2 Etude GSK/Ipsos réalisée auprès de 661 Français âgés de 18 à 65 ans, acheteurs de produits ou méthodes pour la perte de poids, hommes et
femmes, âgés, de juillet à août 2009.
3 Etude alli®/ IFOP, réalisée sur 1 004 personnes de 18 ans et plus du 7 au 9 avril 2010.
4 Afipa / IMS Health France. Chiffres clés de l'automédication en 2009.
5 IMS OTC ReviewPlus - 2009

--
Contact Presse:
Capital Image
Stéphanie Chevrel
01 45 63 19 00
www.capitalimage.net
Profil du diffuseur : http://www.categorynet.com/reseaucategorynet/profile?userid=51508


--

Communiqué envoyé le 06.05.2010 19:17:42 via le site Categorynet.com dans la rubrique Santé

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire