vendredi 16 octobre 2009

L’hélicoptère au service des urgences médicales

« L'hélicoptère au service des urgences médicales »
Jeudi 26 novembre 2009
De 14h à 18h
Amphithéâtre Maurice Bellonte, Ecole nationale de l'Aviation civile (ENAC)
7, Avenue Edouard Belin, 31400 Toulouse

Evénement organisé par l'Académie de l'Air et de l'Espace avec le soutien de la Direction Générale de l'aviation Civile, La Région Midi-Pyrénées, la Mairie de Toulouse et l'École Nationale de l'Aviation Civile.

Objectifs :
Les perspectives évoquées lors du forum de 2004 "L'hélicoptère retrouve sa liberté" sont entrées dans la réalité.
Le vol par visibilité réduite à basse altitude est maintenant possible et permettra le transfert rapide des urgences vers les hôpitaux compétents. Ce forum fera le point de la situation.

Intervenants :
Cedric Tedesco, responsable de l'évaluation, DGAC/DTA
Philippe Rollet, directeur recherches et opérations, Eurocopter
Alexandre Antunes, pilote hélicoptère, DGAC
Nicolas Letellier, président de l'Association française des médecins de SAMU utilisateurs d'hélicoptères (AFHSH)
Hervé Pradines, spécialiste des procédures, ENAC

Inscription : L'entrée à ce forum est gratuite mais il est nécessaire de vous inscrire
préalablement. Vous trouverez un formulaire d'inscription sur notre site internet : www.academie-air-espace.org

Informations pratiques :
Accès : Pour entrer dans le campus de l'ENAC, merci de vous munir d'une pièce d'identité.
Compte rendu : Vous recevrez le compte rendu du forum par courriel ; pensez à nous fournir votre adresse électronique. Contact : 05 34 25 03 80 - anae@anae.fr

Présentation :
Il y a quelques années le rapport Valencien fit quelque bruit dans le Landerneau médical. Ce rapport préconisait, entre autres, le regroupement des services médicaux des centres hospitaliers dont l'activité se situait en dessous d'un certain seuil.
Cette disposition contestée correspondait pourtant à un souci de sécurité qui faisait écho à celui du milieu aéronautique dans lequel on n'autorise le transport de passagers que si les pilotes :
- se soumettent à un entraînement périodique au cours duquel ils révisent toutes les manoeuvres d'urgence et de secours ;
- sont contrôlés régulièrement ;
- justifient d'une expérience récente, c'est à dire avoir fait un certain nombre d'atterrissages et de décollages dans le mois précédent et avoir pratiqué récemment le terrain de destination s'il présente une difficulté particulière.
Transposé au milieu médical, cela veut dire que toute opération devrait être pratiquée par un chirurgien dont la compétence a été vérifiée, qui a eu un minimum d'activité et, s'il s'agit d'une opération délicate, qu'il l'a, avec son équipe, pratiquée récemment. Dans cette optique, le regroupement des services hospitaliers spécialisés semble raisonnable. Encore faut-il que l'on puisse garantir au patient, en cas d'urgence, un accès rapide et permanent, surtout de nuit, au centre de regroupement.
Par voie de surface, une distance excessive, des embouteillages fréquents, des routes pas toujours praticables interdisent à une partie de la population de bénéficier de cette garantie.
Le transport par hélicoptère est alors la seule solution… pourvu que les conditions de visibilité sur le parcours soient suffisantes. Dans le cas contraire, le vol aux instruments exige une connaissance très précise de la position de l'hélicoptère dans les trois dimensions.
Ce qui n'était pas possible jusqu'à présent l'est maintenant en utilisant le GPS amélioré par le système européen EGNOS.
L'hiver dernier, la DGAC a réalisé une expérimentation grandeur nature entre l'hôpital de Dreux et celui de Nogent le Rotrou pour valider le concept.
Ce forum réunira les différents acteurs de cette expérimentation qui en exposeront les tenants et aboutissants ainsi que les perspectives qu'elle ouvre pour le secours médical d'urgence.
Ils nous expliqueront comment s'est déroulée l'expérimentation et les leçons qui peuvent en être tirées. Ils essaieront ensuite d'en définir les prolongements et les conditions à remplir pour que toutes les urgences soient traitées dans un délai raisonnable.
Au-delà du transport d'hôpital à hôpital, peut-on déjà envisager le transport de toute victime d'un accident à partir d'une zone dégagée proche de l'accident à définir vers l'hôpital apte à le prendre en charge ?


--
Contact Presse:
Académie de l'Air et de l'Espace
Patricia Segala
05.34.25.03.84
patricia.segala@anae.fr
http://www.academie-aor-espace.org

--

Communiqué envoyé le 16.10.2009 12:05:50 via le site Categorynet.com dans la rubrique Santé

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire