dimanche 16 août 2009

Grippe A, 40% d’absentéisme

La ministre de la Santé, Madame Roselyne BACHELOT, envisage dès le mois de septembre 2009 le passage du niveau d'alerte de la phase 5A à la phase 5B ou 6 de pandémie. Les dirigeants d'entreprise pourront alors modifier les conditions et les contrats de travail. Le gouvernement encourage les entreprises à plus de flexibilité, et à se préparer pour assurer dans les meilleures conditions l'activité économique.

L'Organisation Mondiale de la Santé prévoit pour les deux prochaines années 2 milliards de malades atteints par la grippe A.

La Banque Mondiale prévoit que la pandémie coûtera entre 0,7 et 4,8% du PIB mondial.

L'Institut Nationale de Veille Sanitaire estime que le taux d'absentéisme du à la grippe A devrait atteindre, dés le mois d'octobre, 25 % des salariés durant douze semaines avec une pointe de 40% durant les deux semaines du pic de la pandémie.

Le gouvernement demande aux entreprises de prévoir et de mettre en place des Plans de Continuité de l'Activité (PCA). Le taux d'absentéisme des salariés sera amplifié par toutes les réactions de peur, par les parents qui seront contraints de garder leurs enfants suite aux fermetures d'écoles, par ceux qui devront s'occuper des malades au sein de leur famille ou dans leur entourage, les perturbations des transports etc.. Les employeurs devront limiter la concentration des personnes, avoir recours au télétravail, éviter les déplacements, les réunions, et aménager les horaires de travail. L'employeur pourra sous autorisation administrative déroger au code du travail, il sera ainsi autorisé à modifier les durées maximales de travail quotidiennes et hebdomadaires.

Si l'employeur a mis en œuvre toutes les dispositions prévues par le code du travail et les recommandations nationales, s'il a informé et préparé son personnel, le droit de retrait du salarié prévu par le code du Travail ne pourra pas s'exercer.

France contrôle médical du groupe SOGIREC, organise les contre-visites médicales sur tout le territoire français. Chaque employeur peut prendre attache avec le service juridique de France contrôle médical. Il peut ainsi vérifier si un contrôle peut être réalisé dans le cadre de la législation en cours. Un contrôle médical diligenté en dehors de certaines conditions peut être considéré comme un harcèlement ou une pression injustifiée à l'égard d'un salarié.
France contrôle médical mandate le médecin contrôleur le plus proche du salarié. Dès le contrôle médical réalisé, l'employeur reçoit le rapport par mail, l'original est adressé par courrier.
France contrôle médical fournit également la jurisprudence en fonction du résultat du contrôle. En effet la loi de mensualisation n'a pas fait l'objet d'un décret d'application. C'est donc l'analyse régulière de la jurisprudence qui permet à l'employeur de prendre les dispositions qui s'imposent. Certains prestataires, pas tous heureusement, proposent un contrôle mécanique ou informatisé de vos salariés : on remplit un formulaire et un médecin intervient automatiquement au domicile du salarié. Employeurs, DRH, souhaitent obtenir des informations juridiques, des conseils, de la documentation avant et après la contre-visite médicale. France contrôle répond à vos interrogations.
Retrouver tous nos conseils sur http://www.france-controle-medical.fr


--
Contact Presse:
Sogirec contrôle médical employeur
jean sanchez
09 50 29 52 70
info@sogirec.fr
http://france-controle-medical.fr/joomla/component/option,com_frontpage/Itemid,1/

--

Communiqué envoyé le 16.08.2009 16:08:00 via le site Categorynet.com dans la rubrique Santé

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire