vendredi 19 juin 2009

SOINS PALLIATIFS A DOMICILE : LA MORT ANNONCEE DES RESEAUX DE HAUTE-NORMANDIE

Lundi 15 juin, dans le cadre de la Mission Régionale de Santé, le Directeur de l'Agence Régionale d'Hospitalisation, Christian Dubosq, a réunit les réseaux de Soins Palliatifs de Haute-Normandie pour leur annoncer leur disparition programmée !

PERMETTRE AUX PERSONNES GRAVEMENT MALADES DE VIVRE LE PLUS SEREINEMENT POSSIBLE LEUR FIN DE VIE, DANS LA DIGNITE
Les Français meurent le plus souvent à l'hôpital, alors que 80% d'entre eux souhaitent finir leur vie chez eux.
Les réseaux sont composés d'équipes salariées spécialement formées à l'accompagnement en fin de vie qui interviennent en soutien des professionnels libéraux. Les équipes pluridisciplinaires (médecins, infirmières coordinatrices, psychologues, travailleur social) se déplacent gratuitement au domicile des personnes gravement malade désirant rester chez elles.
Leur rôle ? la coordination des soins avec le médecin de famille, l'infirmière libérale, l'hôpital, le pharmacien, etc…. , un soutien psychologique proposé à la personne en fin de vie et à son entourage, un accompagnement social pour la mise en place d'aides financières ou des gardes de nuit.

L'intervention de l'équipe du réseau au domicile est primordiale pour permettre aux familles et aux soignants de ne pas être seuls dans des situations difficiles. L'équipe apporte son expertise dans le cadre d'une réflexion éthique et pluridisciplinaire. Elle diffuse la culture palliative en organisant des formations auprès des professionnels et des conférences pour le grand public.

LA REGION HAUTE-NORMANDIE N'EST ACTUELLEMENT COUVERTE QU'A 40% PAR LES RESEAUX DE SOINS PALLIATIFS
Les réseaux de Haute-Normandie ont vu le jour grâce à l'investissement bénévole de quelques professionnels libéraux et hospitaliers qui ont voulu répondre aux nombreuses demandes de personnes désirant finir leurs jours chez elle, « à la maison ».
Ainsi, depuis 1998, 7 réseaux ont été successivement créés sous la forme d'associations loi 1901 sur les secteurs de Dieppe, Eu, Saint Valéry, Fécamp, Le Havre, Pont-Audemer et Evreux.

UNE ETRANGE INTERPRETATION DES DIRECTIVES NATIONALES !
En juin 2008, le gouvernement a lancé un ambitieux plan de développement des soins palliatifs d'un montant de 230 millions d'euros financé par les franchises médicales. Ce plan met l'accent sur le développement des soins palliatifs à domicile.

Pourtant, c'est la fin des réseaux de Haute-Normandie que le Directeur de l'Agence Régionale d'Hospitalisation (ARH) a annoncée lundi après-midi.

D'ici mars 2010, les réseaux actuels auront disparus pour laisser la place à des plateformes téléphoniques couvrant les 5 territoires de santé de la Région (Le Havre, Rouen- Neufchatel, Elbeuf-Louviers, Dieppe et Evreux).
Astuce : ces plateformes garderont le nom de « réseaux de soins palliatifs », ce qui permettra à l'ARH d'annoncer la couverture totale de la Haute-Normandie.

UNE DEGRADATION DRAMATIQUE DE LA QUALITE DES ACCOMPAGNEMENTS DE FIN DE VIE A DOMICILE
Comment couvrir un territoire 3 fois plus peuplé avec une enveloppe financière quasiment identique ? La nouvelle organisation prévoit une réduction des déplacements à domicile, des interventions à « repenser » depuis son téléphone, la fin des accompagnements pluridisciplinaires permettant une évaluation fine des besoins des malades et de leur famille et par conséquent une perte de réactivité sur la mise en place des aides.
Le directeur de l'ARH prône le renforcement du partenariat avec les professionnels libéraux tout en reconnaissant « qu'il faudra faire preuve de créativité pour trouver les relais sur le terrain ».
En effet, en Haute-Normandie on compte moins de 1,5 médecins généralistes en activité pour 1000 habitants (!) et 5,4 infirmières libérales pour 10 000 habitants (nettement au-dessous de la moyenne nationale de 8,1 pour 10 000 habitants).

L'organisation défendue par l'ARH est un « copier-coller » de celle en place sur la région Aquitaine. A la différence que l'Aquitaine n'affronte pas une grave pénurie de libéraux allant jusqu'à entraîner des difficultés pour assurer l'accès aux soins.

PAS D'ECONOMIES EN VUE POUR LA SECURITE SOCIALE
« On sait que les patients sont satisfaits de la qualité actuelle de l'accompagnement offert par les réseaux ….. mais nous n'avons pas les moyens financiers pour dupliquer ce qui existe déjà » explique l'Agence Régionale d'Hospitalisation.
Et pourtant, l'ARH va économiser au détriment de l'Assurance Maladie.
En effet, à l'heure où la Sécurité sociale annonce un déficit 20,1 milliards d'euros pour 2009, offrir la possibilité aux malades de finir leurs jours à domicile permet d'éviter de coûteuses hospitalisations.
Et le tour de passe-passe ne s'arrête pas là : les évaluations effectuée auparavant par les salariés du réseau devraient à l'avenir être assurées par les médecins et infirmiers libéraux dits «référents» pour lesquels un forfait incitatif devra être trouvé par ….. l'Assurance Maladie.

LA MOITIE DES EMPLOIS SUPPRIMES SUR CERTAINS TERRITOIRES
Pour habiller Rouen, il est prévu de déshabiller Dieppe et Le Havre. Les 3 réseaux du territoire du Havre (Respect, Amadeus et Dousopal) verraient par exemple leur effectif divisé brutalement par deux, alors que dans le même temps, le territoire à couvrir augmenterait de 50%.

En effet, sur appel à projet de l'ARH, une seule structure porteuse devra être mise en place par territoire de santé. Les associations porteuses des réseaux devront donc fusionner ou …. disparaître. Rappelons que les 7 réseaux actuels sont administrés par des bénévoles qui risquent d'être découragés par les perspectives annoncées.

TERRITOIRES REGIONAUX DE SANTE ET TERRITOIRES DE PROXIMITE
Les réseaux se sont constitués sur des territoires de santé de proximité (autour des aires d'influences des différents sites hospitaliers). Le nouveau schéma implique des interventions sur de grands territoires dans lesquels les professionnels ne se connaissent pas, n'ont aucune habitude de collaboration, ni aucun circuit commun.
Les équipes mobiles des réseaux font actuellement le lien entre le domicile et l'hôpital, elles préparent notamment les sorties d'hospitalisation. L'ARH compte confier dorénavant cette mission aux équipes hospitalières déjà surchargées.

Face à l'annonce de cette nouvelle organisation des soins palliatifs sur la région haut normande, de nombreuses voix de familles de patient, d'élus et de professionnels de santé commencent déjà à s'élever.
Selon un sondage Ipsos publié mercredi 10 juin, près d'un Français sur deux (48%) pense que toutes les personnes gravement malades n'ont pas la possibilité d'accéder aux soins palliatifs. Certains semblent pourtant décidés à ne pas laisser l'ARH Haute-Normandie leur donner raison…


FRREDSPALIHN - FEDERATION REGIONALE DES RESEAUX DOULEUR SOINS PALLIATIFS HAUTS NORMANDS (Réseaux ASPL - AMADEUS - DOUSOPAL Roumois -DOUSOPAL Risle Estuaire - RESOPAL - RESPECT - RPNE 76)

--
Contact Presse:
FRREDSPALIHN Fédération des Réseaux Douleur Soins Palliatifs de Haute-Normandie
Docteur Mouterde

jcmouterde001@rss.fr
http://frredspalihn.blogvie.com

--

Communiqué envoyé le 19.06.2009 12:15:35 via le site Categorynet.com dans la rubrique Santé

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

1 commentaire:

  1. Salut ...
    Il s'agit d'un beau message. J'ai aimé cette lecture. Bon travail! Keep posting!

    diat rezepte

    RépondreSupprimer