vendredi 15 mai 2009

ACOUPHENES : Un problème de Santé si mystérieux…

Il a tant été écrit sur les acouphènes depuis de nombreuses années qu'il serait prétentieux d'apporter une information supplémentaire sur ce sujet.
Cependant, devant le désarroi, la détresse de ces personnes souffrant de bourdonnements ou sifflements d'oreille, il apparaît comme un devoir d'éclairer leur lanterne et de tenter de les aider dans leur quête de compréhension du mécanisme entraînant ces symptômes.
Les acouphènes sont un symptôme et puisqu'en médecine il est convenu que l'on ne doit pas traiter le symptôme mais bien la cause de celui-ci, souvent les professionnels de santé ne les traitent pas. Cependant, dans la mesure où les causes de l'acouphène demeurent inconnues, il est délicat d'adhérer à ce principe. Une chose est certaine : ne pas connaître le mécanisme sous-jacent aux acouphènes signifie que les axes des traitements ne sont pas déterminés.
Bien que ce trouble d'audition se retrouve dans toute la population, il est tout particulièrement important pour la personne âgée puisque l'ensemble des recherches rapportent que l'incidence des acouphènes augmente avec l'âge. En fait, on peut même parler du concept de « presbyacouphénie » car les acouphènes accompagnent la perte d'audition graduelle, « la presbyacousie », dans la plupart des cas (Podoshin et al., 1997). Les chercheurs Nagel et Drexel (dans Prodoshin et al., 1997) ont d'ailleurs rapporté une incidence d'acouphènes de 11% chez 270 patients souffrant de « presbyacousie ».
Les acouphènes sont définis comme la perception de bruits internes en l'absence d'un stimulus externe auditif. L'individu répond au son par des processus d'émotions, de perceptions, d'attention et de comportements. Le son interne varie en terme d'intensité, de ton, de l'endroit de sa localisation et de sa complexité (Henry et Wilson, 2001). Les acouphènes restent de nos jours une énigme pour la science médicale. Ils sont un symptôme et non pas une maladie (Noell et Meyerhoff, 2003).
Noell et Meyerhoff (2003) classent les acouphènes selon qu'ils sont des vibrations par lesquelles la pulsation, entre autre, peut être perçue ou qu'ils ne le sont pas. Il est plutôt question de l'activité neuronale du système auditif dans ce dernier cas. Les acouphènes sont subdivisés selon qu'ils sont subjectifs et objectifs. C'est la perte d'audition due à un environnement bruyant et à la presbyacousie qui engendre le plus souvent des acouphènes non-vibratoires. Les acouphènes sont exprimés comme la douleur: c'est une plainte subjective donc certains individus sont plus affectés par les acouphènes que d'autres (House dans Shulman).
L'évaluation clinique du patient a pour but ultime de déterminer à quel point le son affecte le patient donc le niveau d'irritabilité de l'individu aux acouphènes. Le degré selon lequel les acouphènes dérangent le patient déterminera l'extension du traitement à suivre (Noell).
Incidence et Prévalence
La prévalence des acouphènes révèle qu'ils sont statistiquement reliés à l'âge et à la perte d'audition et parmi ces deux facteurs c'est la perte d'audition qui est la plus significative. La hausse d'acouphènes serait le reflet de la hausse des problèmes d'audition. En 1991, la population des personnes âgées de 65 ans et plus au États-Unis était de 29 millions dont 28% souffraient d'un problème d'audition. Les acouphènes ne sont pas un problème unique en soi car les patients souffrants d'acouphènes ont rarement une audition parfaite. En fait, les acouphènes surviennent dans 59 à 90% des cas pour des adultes qui ont des problèmes d'audition (Henry et Wilson, 2001).
Suivant la perte d'audition, les acouphènes sont le second problème d'oreille rapporté par la population de personnes âgées (Henry et Wilson, 2001). Plusieurs fois, les seniors s'inquiètent à ce que les acouphènes soient un signe avant-coureur d'une attaque, d'une tumeur cérébrale ou d'une démence. La sévérité de cette peur peut être réduite en discutant et en leur expliquant ce que sont les acouphènes.
L'incidence des acouphènes augmente à partir de 40 ans.

Facteurs de risque
Les personnes les plus souvent affectées sont âgées de 40 à 70 ans. Les causes des acouphènes sont de trois types (Henry et Wilson, 2001). La première est distale où les acouphènes sont plutôt reliés à l'environnement. Ainsi, l'exposition au bruit, un traumatisme crânien ou une exposition à certaines substances ototoxiques font que les chances de développer des acouphènes sont augmentées. Les causes peuvent aussi être intermédiaires où elles sont reliées à des conditions. Ainsi, un individu est prédisposé à développer les acouphènes s'il souffre de presbyacousie ou d'une tumeur. Enfin, les causes peuvent être proximales où le processus neuronal de l'audition ou les mécanismes de l'oreille sont en jeu.
Retrouvez ce dossier thématique sur le site institutionnel des Laboratoires BIORL : www.biorl.fr


--
Contact Presse:
odeo.info
Anne BERTHIER


www.biorl.fr

--

Communiqué envoyé le 15.05.2009 14:42:15 via le site Categorynet.com dans la rubrique Santé

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire